Quel stress ce virus vous fait vivre?

« Notre plus grande arme contre le stress est
notre capacité à choisir une pensée plutôt qu’une autre… »
William James

Puisqu’une de mes spécialités est le changement, je suis servie. En écoutant un énième webinaire, va savoir pourquoi, cela m’a frappé : cela prend 21 jours pour commencer à être confortable avec un changement. C’est un principe de base. Je le connais, mais là, j’ai réalisé une chose : nous débutons un nouveau cycle d’adaptation dû à ce virus. Nous avons complété notre deuxième semaine. Donnons-nous une chance.

Heureusement que le ministre Legault a dit que nous étions en pause. Ha ! Le pouvoir des mots. Croyez-moi : cette pause est loin d’être statique. Elle vit de bien des façons et prend différentes formes selon les individus et leurs multiples préoccupations.

Mon premier remerciement va à vous qui m’avez demandé comment j’allais. Ce fut un bel écho à ma dernière infolettre « Après une semaine, ça va ? ». Cela m’a touché. Mon deuxième est à tous ceux qui m’appellent pour avoir du coaching ou pour obtenir des trucs afin de mieux gérer à distance. Vous avez été aussi nombreux à me donner vos idées dans ma boîte de sondage (dans la colonne de gauche de mon site web). Merci !

Curieusement, le stress est un sujet récurrent ; surtout comment le vivre adéquatement (pour soi ou pour aider ceux qui vous entourent). Si le stress est notre réaction face à un agent stresseur, il y en a beaucoup pendant cette « pause » : stress monétaire, stress relié à l’inquiétude de savoir si les clients reviendront, si mes employés travaillent, si ma famille qui ne vit pas avec moi va bien, du virus, moi-même et mes pensées catastrophes, alouette !!!

Le stress est un comme un parapluie où de nombreuses gouttes de pluie lui tombent dessus. Ce qu’il faut faire pour bien le gérer ? Reconnaître chacune d’entre elles et lui donner sa juste place par un plan d’action approprié. Sinon, petite goutte deviendra grosse et viendra inonder votre mental. Et là, bonjour anxiété, angoisse et nuits blanches…

Avant ce chamboulement, nous vivions du stress. « Ha ! Je suis assez stressé ! » D’accord. À ce moment, vous aviez trouvé vos outils pour mieux y faire face ? Donc, c’est la même chose maintenant…

Alors, la PME est de retour ! Respirez profondément et demandez-vous « Comment je me sens ? ». Vous calibrez ensuite le premier élément qui passe : Physique, Mental, Émotions. Plus vite vous reconnaîtrez ce stress et l’impact qu’il a sur vous, plus vite vous serez en mesure d’agir adéquatement dessus. Prenez le temps de l’accueillir. Soyez bienveillant et acceptez-le tout simplement.

Attention mes superhéros ! Je sais que c’est quelquefois difficile d’admettre que, un peu, beaucoup, intensément, quelque chose nous stresse (cela peut même nous sembler à première vue tellement banal). Cependant, ne pas le faire ne fait que retarder le processus du plan d’action. Cela peut parfois conduire à des coups d’états émotifs, soit, par exemple, exploser à des moments inappropriés ou le faire subir à des personnes qui ne sont pas concernées…

En plus, si vous reconnaissez rapidement vos sources de stress et agissez adéquatement sur chacune de vos gouttes d’eau, vous serez mieux à même d’accompagner les autres… et non gérer leur stress pour eux. C’est une nuance importante, car c’est à chacun d’entre nous de trouver ses moyens de se protéger de la pluie…

Alors, faites parler votre monde de ce qui les stresse vraiment, petite goute à petite goutte, et pour chacune d’elle, une à la fois, aidez-les à découvrir leurs solutions par des questions ouvertes, par exemple.

Beau défi n’est-ce pas ? Et si vous avez de la difficulté à prendre conscience de votre propre stress, je suis là pour ça. J’ai toujours à cœur d’être là pour vous, même à distance ! Je coache en ligne et je propose des capsules vidéo sur demande pour vos équipes.

Je peux aussi vous offrir un espace virtuel pour réfléchir à vos meilleures astuces afin de mieux gérer à distance ou apprendre à poser les bonnes questions pour aider votre monde à agir adéquatement sur leur stress. Cela leur donnera un coup de pour de pouce pour rester efficaces, chez eux, plutôt que de se créer des scénarios catastrophes.

D’ailleurs, en ce temps de confinement, il est pertinent d’avoir un cercle d’entraide. Un groupe de personnes, que j’appelle affectueusement votre garde rapprochée, pour échanger lorsque le baromètre de stress est trop élevé. J’espère en faire partie, mais surtout, partagez ce message à ceux que vous pensez que cela pourrait leur être utile.

Toute la pluie ne tombe pas que sur vous. Ensemble, faisons la différence par l’action !

https://bit.ly/2Jsr2NB

P.-S. Vous avez aimé ? Merci d’inviter vos amis à s’inscrire gratuitement à mon infolettre

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *