S’il fallait une preuve…

Tout d’abord, je remercie ceux qui étaient présents au rendez-vous hebdomadaire Je lunche avec ma coach de la semaine dernière. Comme je vous le disais, je vais faire cette initiative tout l’été, les mercredis de 12 h 15 à 12 h 45. Alors, vous êtes les bienvenus demain. Nous discuterons du sujet de cette infolettre… Comment créer un leadership bienveillant ? Voici le lien pour vous inscrire.

Dans le journal La Presse de vendredi passé, j’ai lu l’article crève-cœur qui présentait l’étude de l’Université Laval et qui mentionnait que « près de la moitié des travailleurs québécois disent souffrir de détresse psychologique depuis le début de la pandémie. » L’article rajoute que ce n’est ce n’est pas tant le télétravail en lui-même qui mine leur moral, mais les conditions de travail, le manque de soutien des collègues ou de reconnaissance. En fait, ce qui manque c’est « …des gestionnaires qui prennent soin des gens », selon Caroline Biron, directrice du Centre d’expertise en gestion de la santé et de la sécurité du travail…

Vous pouvez me qualifier de fleur bleue en disant qu’il faut des gestionnaires qui prennent soin d’eux pour mieux prendre soin de ceux qui les entourent, mais semblerait qu’une étude a réussi à la démontrer. Ai-je besoin de vous inviter à relire mon article Ça va faire… ?

En fait, selon cette étude, de « tous les répondants qui travaillent pour un employeur qui a la santé mentale de ses employés à cœur, seulement 37 % présentent une détresse élevée. Tandis que pour ceux qui sont engagés par des organisations qui ne sont pas « bienveillantes », cette donnée grimpe à 61 %. »

Selon une autre démarche, une organisation bienveillante en serait une qui prendrait soin du développement professionnel et personnel de ses employés… Est-ce votre job de vous en préoccuper ? Poser la question c’est y répondre, d’après moi.

Alors, qu’est-ce que la bienveillance ? Une jolie définition mentionne que c’est une disposition d’esprit incitant à la compréhension, à l’indulgence envers autrui… Chers gestionnaires, êtes-vous bienveillants ?

Selon moi, chaque personne peut être un leader, même s’il ne gère pas officiellement des individus. Dès qu’il influence quelqu’un, que nous avons envie de la suivre de façon libre et volontaire et bien, nous avons là un leader… Et un leader gère souvent par l’exemple. Le fameux concept que les bottines suivent les babines… Et si la bienveillance était aussi de traiter l’autre comme l’on aimerait l’être soi-même… Ça vous inspire ?

Voilà votre défi : comment faire une petite différence dans la vie de vos collègues, vos employés, vos patrons ? À votre image, je ne veux pas vous dénaturer, mais le télétravail, si nous n’en prenons pas garde, nous amène à devenir des machines de production qui désincarnent l’humain. Alors, comment pourriez-vous y redonner un plus juste équilibre ?

Demain, je vous invite à venir luncher avec moi, de 12 h 15 à 12 h 45, pour que nous discutions de ce qui fait l’étoffe d’un leader bienveillant et des trucs pour y parvenir. Il en va de votre santé et celle de votre monde ! Et si vous ne pouvez pas luncher avec moi, vous pouvez communiquer avec moi pour que je vous accompagne dans cette réflexion capitale. Un indice : Et si vous vous mettiez à la place de l’autre, de quoi aurait-il besoin pour se sentir mieux et rester efficace dans son travail ? Si chaque personne est unique, si chacun a ses besoins propres à lui, connaissez-vous ceux qui soulèvent vos troupes et les amèneraient à se sentir mieux ?

https://bit.ly/3h4yuy2

P.-S. Vous avez aimé ? Merci d’inviter vos amis à s’inscrire gratuitement à mon infolettre

Please follow and like us:

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *