L’empathie, une clé pour un leadership conscient

Cette réflexion fait écho à la discussion de la semaine dernière lors du rendez-vous hebdomadaire Je lunche avec ma coach. Comme vous le savez maintenant, je fais cette initiative tous les mercredis de 12 h 15 à 12 h 45. Alors, vous êtes les bienvenus demain. Venez luncher avec moi. Nous explorerons le sujet de cette infolettre… l’empathie. Voici le lien pour vous inscrire.

La semaine dernière, je parlais du leader bienveillant, qui amène un principe de réciprocité. Principe très simple qui veut que lorsqu’on est bon avec quelqu’un, il a tendance à l’être aussi pour l’autre…

C’est là que l’empathie prend son importance. Je lisais l’article que signait Michel Maletto pour l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés. Il confortait ma croyance que lorsque nous écoutons de façon empathique, cela facilite et accélère le processus d’introspection. Je vous présenterai cet article plus en détail demain. En plus, il introduit une définition de l’empathie qui me réjouit : « capacité de comprendre l’autre de l’intérieur avec tolérance et bienveillance. » Et il rajoute que cela part de soi…

Pour ce faire, il faut être en mesure de se connaître et se reconnaître avec humilité pour y arriver. Cela demande aussi d’être capable d’être empathique avec soi pour mieux l’être pour l’autre… Comment le comprendre si l’on ne se comprend pas soi-même ?

Cela fait quelques semaines que j’essaie de cerner le leadership conscient sans tomber dans l’ésotérisme ou l’inaccessible. Je me lance le défi d’ici la fin de l’été de trouver une définition en une phrase… Quelle aventure ! Cela m’amène de belles découvertes. Par exemple, j’aime bien celle d’Oprah Winfrey, qui résume « Le leadership concerne l’empathie. Il s’agit d’avoir la capacité d’être en relation et de se connecter avec les gens dans le but d’inspirer et d’autonomiser leur vie. »

Cela demande une volonté d’introspection pour favoriser une qualité de présence dans le ici-maintenant. Cela devient possible lorsque ce leader est conscient de lui-même, de l’autre et des enjeux organisationnels. Pour ce faire, il faut rajouter différents éléments tels que la bienveillance, l’engagement, le courage et une bonne dose d’intelligence émotionnelle pour se connecter à soi et à l’autre. Ici, l’empathie procure les neurones miroirs pour ressentir les émotions de l’autre.

J’ai manqué mon défi d’écrire cela en une phrase… mais j’y travaille. Le vôtre sera de vous demander comment vous pouvez développer ou accroître votre empathie envers vous-même pour bâtir de meilleures relations…

Nous allons d’ailleurs y réfléchir ensemble, demain, au rendez-vous Je lunche avec ma coach, de 12 h 15 à 12 h 45. Nous discutions de cet élément important qui définit un leader d’exception. Et si vous ne pouvez pas luncher avec moi, vous pouvez communiquer avec moi pour que je vous accompagne dans cette réflexion.

https://bit.ly/2AzxdPk

P.-S. Vous avez aimé ? Merci d’inviter vos amis à s’inscrire gratuitement à mon infolettre

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *