Quels sont les impacts de la non-reconnaissance ?

Mon mois de novembre a baigné dans la thématique de la reconnaissance. Sur Facebook et dans mon blogue, je disais que nous avions intérêt à le faire et que cela pouvait porter sur différentes choses. Je me suis ensuite amusée à faire le défi une capsule par jour pendant quinze jours où je vous donnais d’autres pistes pour faire de la reconnaissance au-delà des mots.

Pourquoi y mettre autant de cœur et d’énergie à vous convaincre d’être créatif dans vos moyens d’en faire et de prendre le temps de le faire ? Parce que c’est payant !!!

Il m’arrive parfois de ne pas recevoir ma dose de reconnaissance souhaitée. Je vois l’impact que cela produit sur moi. Une chance que j’ai une belle équipe pour me donner ce que j’appelle cette nourriture essentielle ; et oui essentiel, car cela me propulse et m’aide à garder le cap.

J’ai enfin trouvé des chiffres qui appuient mes convictions. Je le savais d’instinct, mais pour ceux qui s’abstinent à me dire qu’ils n’ont pas le temps d’en faire, peut-être que ces données vous convaincront.

Je cite un article que j’ai lu, qui a été publié par l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés. Les statistiques d’Aon mettent en lumière l’impact positif de la mobilisation des employés chez les entreprises qui ont reçu le titre Employeur de choix :

  • le taux de roulement est 33 % moins élevé que la moyenne ;
  • les ventes ont augmenté de 6 % ;
  • les bénéfices d’exploitation sont plus élevés de 3 % à 4 %.

Et on sait que la mobilisation est directement reliée à la reconnaissance. En effet, comment être engagé si cela n’est pas perçu ni reconnu ?

Fait intéressant aussi : la reconnaissance non monétaire influe sur le stress au travail. 20 % des travailleurs canadiens souffrent d’une maladie reliée au stress (Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes : santé mentale et bien-être, Statistique Canada, 2003). Le manque de reconnaissance est la deuxième cause de stress au travail (« Santé mentale au travail : prévention et moyens d’action », Entreprises Québec, 2018).

Pourtant, William Shakespeare le disait : « La reconnaissance est un noble et digne salaire pour les âmes généreuses. » Et croyez-moi, on l’apprécie souvent plus qu’un chèque de paie… Par contre, je vous suggère de le faire régulièrement, car « la reconnaissance à la mémoire courte… ! » (Benjamin Constant)

Donc, votre défi : prenez le temps !

Votre défi : prenez le temps d’être présent pour voir ce qui passe pour le souligner. Soyez authentique, spontané et sincère. Mieux vous connaîtrez vos employés, mieux vous saurez comment les reconnaître. Il en va de la qualité de vie et du climat de travail de vos équipes. Si cela représente un enjeu, communiquez avec moi ! Je peux vous guider à comprendre vos angles morts pour vous positionner autrement.

Bien sûr, vous pouvez aussi nous rejoindre le 25 novembre, à notre rencontre virtuelle gratuite Je lunche avec ma coach. Je vous donnerai les conditions gagnantes d’une reconnaissance qui a de l’impact ! Ne manquez pas ce rendez-vous et mettez-le dès maintenant à vos agendas.

https://bit.ly/2IFUSRF

P.S. Vous avez aimé ? Merci de le partager avec vos amis et de les inviter à s’inscrire gratuitement à mon infolettre

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *